INSTANTt2020

InstantT2020

Pièce pour 10 danseurs et performers

Conception et direction chorégraphique

Nathalie Broizat

en cours de distribution

avec le soutien de la Fondation des Etats-Unis. Recherche de partenaires en cours.

Dans un monde troublé par les guerres, les attentats, l’acharnement des injustices et des non-sens, le déni face à la catastrophe écologique, la peur envahit les corps et les imaginaires : peur de ce qui nous attend dans les années qui vont suivre, ou même les jours et les mois ; la peur de vivre l’impensable et l’inimaginable. InstantT2020 laisse imploser et exploser cette peur dans la construction de tableaux vivants créés sur l’instant, résonnance de nos mondes internes, puissance de vie et persistance de joie face à un monde qui se suicide. Le sentiment d’impuissance se dessine, sans abandon pourtant. La fragilité, la vulnérabilité, le chaos s’accordent à la force de la détermination dans un lieu de transformation intime.

Directement inspirée de l’Instant Theater de Rachel Rosenthal dans sa conception expérimentale où coexistent danse, musique, chant, décors, lumières et costumes, Instant T2020 est un instant total où danse-théâtre et vie se confondent, un cadre pour sortir du cadre, une mise en condition sine qua non pour s’extraire d’un « monde qui se suicide sans s’en apercevoir (2)», et pour nous permettre d’exister différemment. L’espace est habité de manière singulière, selon un protocole mis en place par Nathalie Broizat qui œuvre sur les états d’être et de corps. Le hasard joue son rôle de composition et crée des combinaisons heureuses au sein du groupe. Des rébus visuels apparaissent fortuitement créant une formation analogique de sons, de mouvements et de formes plastiques. Utilisant « la totalité dans le moment » suivant l’héritage de John Cage dont Rachel Rosenthal était disciple, la pratique même de l’assemblage non hiérarchisé tiré du hasard devient le leitmotiv fondateur de la pièce. Les trouvailles récupérées dans les rues ajoutées aux innombrables artifices forment des collections étranges multicolores et pailletées, mêlées aux vieux vêtements, branches, fleurs, tissus, débris en tout genre. Les objets sont utilisés de manière abstraite ou parfois pour leur fonction première.Des pinces gélifiées portées à la main peignent la scène remplie de bric-à-brac. Chacun devient soliste à part entière et déclenche des gestes qui surprennent le collectif dans un chaos organisé. Cette forme de danse-théâtre visuelle et sonore unique cristallise une complexion libre parfois précise et analytique, souvent drôle, absurde et onirique. Le happeningévolutif est profondément émouvant, instructif, mais à la façon des rêves, il demeure difficile à analyser. Il met en place une conflagration de forces proliférantes, une présence irrefragable du corps à l’oeuvre et une densité du jeu pour faciliter un « être-au-monde » et revenir à la chair « d’où toute réalité prend naissance, au sein de laquelle émerge le corps propre lui-même (3)».

LESLIE VEISSE, Curatrice associée au collectif Chalet Society

1 Des Espaces autres, Michel Foucault, 1967 ; 2 Le Théâtre et la peste, Antonin Artaud,
 ;3 Frédéric Jacquet, « Naître du monde et naître au monde. Merleau-Ponty / Patočka » [archive], Université Paris 1, Panthéon- Sorbonne, 2013