Nathalie Broizat

NATHALIE BROIZAT, chorégraphe et interprète chorégraphique

Avec des études de danse classique en sport-études dès l’âge de 12 ans à Lyon auprès de René Bon (danseur sous Serge Lifar puis professeur à l’Opéra de Paris et au CNSM de Lyon), elle fait de nombreux stages avec Bruno Agati. Elle découvre l’univers de la danse contemporaine à Paris, et se fascine pour les pièces de Pina Bausch, particulièrement ses pièces des années 80. Elle entreprend des études universitaires et obtient une Licence en Danse à Paris VIII qu’elle reçoit avec mention où elle étudie avec Karin Waehner, Dominique Dupuy et Hubert Godard. En 2000 elle reçoit la bourse d’excellence Fulbright pour étudier à l’Institut Laban/Bartenieff de New York, où elle se spécialise sur le concept « Effort » de Laban. Elle obtient son visa d’artiste. A New York, elle développe son travail chorégraphique et crée sa première pièce en 2001, Lightness 25 à l’Université de Settlement. La pièce est programmée au August Art Festival de New York la même année. Elle se fait très vite remarquer dans le milieu newyorkais du ‘Performance art’. Elle travaille aussi régulièrement pour la compagnie Accidental Movement dirigée par la chorégraphe Mariangela Lopez et fera partie de sa création The Smell of the Tangerines en 2002, et plus tard Outmigration lors de 2 séries de performances à New York. Fin 2001, elle créé Love 26, au Home Theater de New York qui sera jouée jusqu’en 2007 avec plus de 30 représentations (dont au Wax de New York en 2002, à l’Université du Mississippi en 2003, au Galapagos Artspace à Williamsburg/New York en 2003, au Tixe sur Broadway en 2003, à la Dixon Place en 2004, au The Smell à Los Angeles en 2004, à Dangerous Curve à Los Angeles en 2004, au Women Festival of the Arts à Long Beach en 2004, au Bootleg Theater en 2007 etc). A New York, elle crée et performe aussi deux solos « Shape Love Project » à la Judson Church/Movement Research (2005), et « Lion » à Danspaceproject à la St Marc Church (2005), qui sera également présentée au Redcat à Los Angeles en 2006, et plusieurs fois à Highways Performance Space à Los Angeles ainsi que plusieurs petits théâtres dont le Bootleg Theater. Dès 2003 elle s’installe à Los Angeles pour travailler avec Rachel Rosenthal et devient membre de sa compagnie, the Rachel Rosenthal Company, pendant plus de 6 ans. En 2004, elle créé son solo, Conversion (Delusion Solo),qui sera présenté au Single File Festival de Chicago en octobre de la même année, ainsi qu’au Cabaret Voltaire et à Highways Performance Space à Los Angeles en 2007. En 2005, elle crée de nombreuses courtes pièces qui seront présentées à l’Espace DbD et Highways Performance Space de Los Angeles : le trio  The globe and I qui sera également présenté à l’Electric Lodge de Venice la même année ; le duo Thawprésenté également au Abbot Kinney Festival de Venice, et au Fountain Theater en 2006 ; le duo Cash, The Heads, une pièce pour 6 performers ainsi qu’un ensemble de performances présentées dans des galeries telles que AR#9 à Los Angeles, jFerrari Gallery à Los Angeles etc.

Elle travaille également pour d’autres metteurs en scène et chorégraphes tels que Jason Jenn, Linda Sibio, Fernando Alonso, April Hava Shenkman, Yozmit, Peter Wing Healey et Simon Moore et joue dans des lieux tels que le Getty Center, Redcat et Highways Performance Space à Los Angeles. En 2007, le MOCA (Museum of Modern Art de Los Angeles) lui passe commande pour chorégraphier et performer un solo inspiré de l’exposition « The Art of Richard Tuttle and Poetics of the Handmade ». A plusieurs reprises, elle chorégraphie et performe pour Cracked Eggs, une compagnie qui mêle performers professionnels et performers atteints de profonds troubles mentaux dirigée par Linda Sibio. Elle est régulièrement invitée par l’Université du Mississippi pour des performances, des conférences et des workshops, et 2 commandes chorégraphiques : Laugh is life en 2006 pour 12 danseurs, et La Foule en 2009 pour 15 danseurs. En 2009, elle créé Amour Where are You ? à Highways Performance Space pour 6 danseurs qui rencontrera un succès phénoménal au sein du public et sera reprise pour une série dans le même théâtre, mais qui sera malheureusement massacrée par une critique du LA Times qui ne comprendra pas la matière chorégraphique sans geste dansé et en sort outrée. Sa dernière création à Highways Performance Space est Encoreen 2010 pour 4 musiciens et 4 danseurs. Avant son départ des Etats-Unis, elle continue à travailler pour Rachel Rosenthal dans les productions Tohubohu, des soirées d’improvisation. De retour en France, Nathalie Broizat créé la compagnie Love Labo, associée à la Fondation des Etats-Unis de la Cité internationale universitaire de Paris depuis 2015. Elle fait partie de la création 2015 de Marco Berrettini/Melk Prod, iFeel3et la création 2018 My Soul is my Visa. L’œuvre de Marco Berrettini a depuis toujours inspiré Nathalie dans sa vision artistique et sa vie tout autant que celle de Pina Bausch, et cette rencontre est fondamentale. Elle fera aussi partie des 2 prochains projets d’Anna Gaïotti avec « A kiss without Lips » (création 2019) et « Toutes ces filles couronnées de langues » avec les artistes plasticiennes Amélie Giacomini et Laura Sellies. Au sein de Love Labo, elle développe la pratique DbD (Doing by Doing), dans la création et la pédagogie, dont elle a hérité de Rachel Rosenthal et créé des séries de DbD Performances à la Fondation des Etats-Unis notamment dont la dernière en avril 2018. Elle chorégraphie aussi InstantT, une pièce pour 3 danseuses en 2017, et prépare sa prochaine création, Instant2020 comme une synthèse de ses 20 dernières années de travaux chorégraphiques, couplés à l’héritage qu’elle a reçu de Rachel Rosenthal.